Pomme de terre sur gazon: méthode inutile? Le test et les résultats.

Publié par François le

« Vous rêvez de planter des pommes de terre sans vous fatiguer? Alors faites de la pomme de terre sur gazon. »

« Prenez un vulgaire bout de terrain, déposez des patates dans la pelouse, recouvrez-les de tontes, et le tour est joué! »

Vous doutez? Visionnez quelques vidéos sur Youtube et vous serez conquis en moins de deux.

Si vous possédez comme moi un mini potager, mais un maxi penchant pour la flemmardise, la culture de pomme de terre sur gazon est aussi alléchante qu’un programme du téléachat.

Mais devant les méthodes de jardinage plébiscitées par une poignée de vidéastes, je crie “méfiance!”

Alors, j’ai décidé de faire l’essai. 

Est-ce que cette pratique allait vraiment fonctionner chez moi?

Combien de poêlées de pommes de terre sautées pouvais-je espérer en automne?

Si vous aussi, vous désirez tenter l’expérience, je vous ouvre les portes de mon petit potager. Je vous explique toute la méthode. Et je vous expose mes résultats. 

En toute franchise.

Carré potager avec culture de pomme de terre sur gazon

Pourquoi cultiver la pomme de terre sous mulch ?

Laisser une pomme de terre sur gazon sans travailler le sol? Drôle de façon de faire!

Les jardiniers traditionnels hurleront que les fanas de permaculture consomment beaucoup trop d’herbe…

Les fans de permaculture ont leur réponse toute prête: les Amérindiens, premiers cultivateurs de la pomme de terre, l’ont toujours cultivé sous paillis. Pas de quoi fouetter un chat.

Pour tout dire, je n’ai jamais réussi à trouver une source fiable pour me confirmer ces allégations historico-techniques .

Quoi qu’il en soit, amérindien ou pas, le paillis dans la culture de pomme de terre présente trois intérêts : 

  1. Il conserve l’humidité: c’est l’effet « toit de chaume », bien connu des jardiniers qui souhaitent économiser l’eau. 
  2. Il apporte des nutriments: la pomme de terre est une gourmande. Quoi de mieux que ce concentré d’azote fourni par l’herbe? La tonte se dégrade à vitesse grand V, a l’inverse des paillis plus carbonés.
  3. Il permet de butter les pommes de terre: en culture classique, le jardinier forme un monticule de terre aux pieds des plants.  Il favorise la formation des tubercules. La terre évite aussi que les patates soient exposées au soleil. Dans notre méthode c’est l’herbe qui remplace ce dôme de terre . 
Culture de pomme de terre sur gazon et recouverte de mulch

J’ai tenté de cultiver la pomme de terre sur gazon, sans paille. 

Après tout, un jardinier dispose d’un minimum d’herbes, mais rarement de paille. Pas vrai? 

Vous verrez ce que j’en conclue au terme de cette première saison.

A quel moment se lancer?

Quand planter les pommes de terre sur gazon? En moyenne entre le 1er et 15 avril.

Soyons pratiques: il s’ agit de respecter les dates retenues pour la culture classique.

On estime que les températures extérieures doivent atteindre les 10°C.

Adaptez ce planning à votre climat. Les chanceux qui sortent les T-Shirts dès le mois de mars l’avanceront. Les continentaux adeptes de polaires Quechua la repousseront.

Pour ma part, j’habite dans le Poitou, un climat moyen de type “semi-océanique. J’ai déposé mes tubercules le 11 avril.

Quel type de pommes de terre utiliser? 

Faites au plus simple: des pommes de terre du commerce. 

Pour cette technique, je n’avais aucune raison d’acheter des pommes de terre prégermées en jardinerie. Le conditionnement était inadapté à la surface cultivée. 

En tout simplicité, je me suis servi de pommes de terre standards du commerce. Pas même des patates “bio”. 

Quelle variété de pomme de terre? 

Prenez d’abord en compte la grosseur, l’usage et le goût.

Adorez-vous les frites? La purée? Le potage?

La question des variétés était secondaire pour moi. J’ai pris ce qui me plaisait, point barre! Le noms des deux variétés testées me sont sortis de la tête…

Je fais amende honorable. Au-delà du goût, j’aurais dû prendre en compte un autre critère pour mon choix de variétés. J’en reparlerai plus loin. 

Rentrons maintenant dans le vif du sujet: la plantation.

Comment planter des pommes de terre sur son gazon en 5 étapes simples

La culture de pomme de terre sur gazon se résume en 5 étapes : 

  1. Faire germer les pommes de terre
  2. Tondre la parcelle
  3. Déposer les pommes de terre sur le sol
  4. Recouvrir de compost
  5. Recouvrir de tontes 

1) Faire germer les pommes de terre

Au mois de février-mars, laissez des pommes de terre germer.  

L’idéal est de les placer dans un endroit sec, aéré, à des températures avoisinant les 10-15°C. 

Disposez-les dans une cagette à la lumière du jour. Les germes doivent pointer vers le haut.

Laissez la nature faire. Un jeu d’enfant! 

Evitez juste les températures trop extrêmes.

Les germes poussent en un mois ou plus, pour atteindre quelques centimètres.

Pomme de terre sur gazon après germination
Voilà à quoi cela ressemble après quelques semaines.

2) Tondre la parcelle

Passez la tondeuse sur votre zone enherbée qui servira de lieu de plantation.

Choisissez un bel endroit ensoleillé. La pomme de terre étant d’origine sud-américaine, elle vous remerciera de ce petit geste. 

J’ai opté pour une parcelle rectangulaire de 2 mètres de long pour 1.20 de large. Vous pourriez très bien utiliser un bout de terrain le long d’un mur ou d’un grillage. 

Parcelle dédié à culture de la pomme de terre sur gzaon, tondue à ras
La zone de culture délimitée initialement par des planches. Je finirai par fabriquer un cadre en bois.

L’essentiel est de disposer d’un accès au centre de la zone de culture pour faciliter le dépôt de tontes. Sinon, c’est la galère!

Utilisez le mode de coupe le plus bas de votre tondeuse, afin de conserver une épaisseur la plus fine possible.

Après ce passage chez le coiffeur façon coupe militaire, place au dépôt.

3) Déposer les pommes de terre sur le sol

Posez la pomme de terre directement sur le gazon tondu, germes vers le ciel (cela facilitera les choses !).

Respectez une distance d’environ 30 à 40 cm entre chaque pomme de terre, pour permettre aux pieds de se développer aisément.

Pomme de terre sur gazon respectant l'espacement de 40 cm
Lundi des patates, mardi des patates…

Je vois … Vous n’avez pas récupéré beaucoup de pommes de terre? Relax. On se détend. 

Coupez vos tubercules en plusieurs morceaux. L’essentiel est d’avoir un germe sur chaque bout de patate.

Et ça marche fichtrement bien! 

Pour ma parcelle de 2 m2 environ, j’ai ainsi pu positionner 15 bouts de patates. Jolie composition, non? 

Exemple de répartition de tubercules dans une parcelle pour une culture de pomme de terre sur gazon

Poursuivons notre œuvre d’art.

4) Recouvrir de compost

Déposez une bonne dose de compost, ou un mélange de terre et de compost, par dessus vos pommes de terres, pour former un petit dôme.

Pomme d terre su gazon : dépot de compost en dômes
On pourrait m’appeler François la taupe…

Warning! Je tire la sonnette d’alarme. 

Pour que votre pomme de terre produise, il lui faut de quoi se goinfrer. Encore une de ces plantes gourmandes, comme la tomate ou la courgette….

Ne lui servez pas un repas Weight Watchers avec du vulgaire terreau.

Non, non et non. 

Fournissez-lui un repas gargantuesque: un bon compost, source de minéraux facilement assimilables. 

Voilà un article du blog qui vous donne toutes les clefs pour fabriquer votre compost:

Lien vers l'article pour fabriquer du compost, produit indispensable à la culture de pomme de terre sur gazon

5) Recouvrir de tontes 

Déposez une couche de tontes, d’une bonne dizaine de centimètres.

Problème.

La tonte se ratatine comme un soufflé. Car l’herbe, c’est avant tout de la flotte!

Conséquence: une couche imperméable, qui forme un joli milieu sans oxygène. 

C’est ce qui s’observe (et se renifle!) dans des gros tas d’herbes, où dans certains bacs à compost mal entretenus. Les plantes détestent ça . 

Voilà pourquoi on recommande de déposer ses tontes en paillis sur son potager en fines couches de 2 à 3 cm. A la manière du fromage râpé sur un gratin!

Alors comment s’en tirer?

Dans son livre “Compost et paillis” (Terre Vivante), Denis Pepin précise qu’il est possible d’employer les tontes de pelouse en couches plus épaisses. 

Seule condition préalable: les faire sécher au soleil 1 ou 2 jours. 

D’après lui, un gazon bien sec ne repart pas en fermentation, même remouillé par la pluie ou l’arrosage. 

Tontes séchées au soleil par étalement sur le sol, avant dépot sur pomme de terre sur gazon
Essayez de faire sécher au préalable vos tontes en les étalant sur le sol

“Maintenant que j’ai posé mes tontes sèches, y’a plus qu’à attendre, alors?!”.

Non, mon cher lecteur tire-au-flanc. Il reste un peu de boulot au cours des semaines suivantes.

Le suivi de la culture

La suite des aventures consiste à ajouter de la tonte à intervalles réguliers.

Les tiges n’ont aucun mal à percer la couche de tontes. 

Pomme de terre sur gazon quelques jours après le dépot : tiges et feuilles traversent les tontes

Très vite, les pieds sont hauts de plusieurs centimètres, et risquent de s’écrouler sous leur poids. 

C’est l’heure de réaliser un buttage avec l’herbe.

Pomme de terre sur gazon  plusieurs semaines après le dépot
Ça grandit si vite ces choses-là…

Cela tombe plutôt bien: les week-ends du mois de mai sont rythmés par les bruits incessants des moteurs de tondeuses.  Vous croulez littéralement sous les tontes, alors profitez-en ! 

Formez des pyramides afin d’encercler les pieds de vos pommes de terre. Un peu comme des Moonboots…

A mesure que la saison avance, le tas d’herbe se décompose. Il faut impérativement renouveler.

La pire erreur serait que vous ne recouvriez pas suffisamment vos patates.

Alerte aux tubercules à l’air libre! Si des pommes de terre pointent leur nez à la surface, danger! Elles deviennent vertes et immangeables. 

Une culture de pomme de terre sur gazon nécessite-t-elle un arrosage ?

Ce n’est pas obligatoire. Mais vivement recommandé…

Cela dépend en grande partie des conditions météorologiques de votre région.(Vous auriez aimé une réponse toute prête?)

Les averses suffisent en général pour le début de culture. La plantation se réalise assez tôt en avril, période encore pluvieuse et pas trop chaude, vous êtes à l’aise.

Par contre, en juin, et surtout juillet, la météo tourne à la sécheresse. L’arrosage devient alors quasi indispensable pour le bon développement des tubercules.

Pour ma part, j’ai profité d’un mois de juin plutôt pluvieux qui a permis de gonfler le stock d’eau dans les tontes et à la surface du sol. Le compost s’est maintenu humide, sans arrosage. 

Mais lors des périodes caniculaires de juillet, vous l’imaginez bien, j’ai été contraint de sortir mon arrosoir.

Quelles ont été les observations dans mon potager ?

J’ai été stupéfait par la vitesse de pousse des germes. Après à peine 9 jours, des feuilles traversaient la couche d’herbe! 

Le mois de juin a été pourri: des pluies continues et torrentielles, dignes d’une mousson à Bombay. 

Conséquence: l’herbe que je venais à peine d’ajouter s’est imbibée d’eau et s’est tassée.

Les pieds se sont avachis comme des ados devant la télé.

Certaines tiges ont même noirci à la surface de l’herbe, témoin manifeste d’une moisissure. Un signe de mauvaise augure… 

Des pieds d'un pomme de terre sur gazon qui pourissent, effet probable des tontes humides
Des pieds noircis… beurk!

Voilà à quoi ressemblait le carré début juillet: 

Le carré de culture de pomme de terre sur gazon en été.
Ça vous rappelle pas « Double Face » dans Batman ?

La majorité des pieds du cadran gauche avaient disparu. Le désert de la Death Valley…

Conséquence d’une pourriture, probablement mêlée à un manque d’arrosage.

Énorme déception.

Mais je gardais un brin d’espoir: ceux de droite avaient résisté.

Longs de plusieurs centimètres, ces pieds n’avaient pas assez de paillage pour se tenir droit. Ils se sont étalés en dehors du cadre. 

Autant vous dire que cela faisait un peu mauvais genre…

Quand récolter?

Les pommes de terre qui ont poussé sous tontes de gazon se récoltent un peu plus de 3 mois après la plantation, soit environ fin juillet.

En fait, cela dépend des variétés.

Certaines sont précoces (maturité atteinte vers 90 jours ), d’autres plus tardives (120 jours).

Retenez deux moments dans la saison: 

1) Quand des fleurs apparaissent:

Soulevez tout bêtement l’herbe, cueillez et repaillez. A ce stade, vous pouvez déjà récupérer des pommes de terre dites “nouvelles”. Mais elles sont rikiki  et à peau fine comme du papier à cigarette. A consommer de suite. 

2) Quand les feuilles et les tiges jaunissent

C’est que les tubercules sont arrivés à maturité. 

A ce stade, pour récolter, rien de plus simple: il suffit de retirer le paillage d’herbe et de fouiller. Et d’arracher les pieds.

Arrachage de pommes de terre sous tontes de gazon
Surprise!

Pour ma part, j’ai choisi d’attendre le 2 août pour partir à la chasse aux œufs de Pâques.

Le soleil torride de l’été se mêlait à l’angoisse d’une récolte désastreuse. La sueur coulait sur mon front….

Alors: bonne ou mauvaise surprise ? 

Mes résultats en fin de culture

Quel est le rendement d’une culture de pomme de terre sur gazon ?

Voilà mon résultat: sur ma petite parcelle de 2 mètres carré, j’ai récolté 4 kg de pommes de terre soit 2 kg par mètre carré .

En me référant à quelques sources sur internet ou des livres sur le potager (le guide Terre Vivante du potager Bio), j’estime le rendement d’une culture de pomme de terre classique entre 1,5 à 6 kg par mètre-carré.

La encore, cela dépend en grande partie de la variété que l’on utilise. 

Et du talent du jardinier!

Allez, vous pouvez casser du sucre sur mon dos. C’est clair que je n’ai pas touché le pactole. Disons que j’ai obtenu de justesse la moyenne pour passer en deuxième année…

Carré de culture de pomme de terre sur gazon, en fin de saison, après récolte
Le carré et sa récolte.

Autre constat : les pommes de terre récoltées étaient en majorité de petite taille .

J’explique cela par trois choses:

  • l’une des deux variétés choisie était de taille réduite (des chiens ne font pas des chats). 
  • je n’ai probablement pas apporté assez de compost et d’eau
  • une partie des pieds ont pourri à la surface, et n’ont pas eu le temps de produire.

Conclusion: que penser de cette technique de pomme de terre sur gazon?

Afin de vous donner un avis, passons en revue les avantages et inconvénients. 

Les avantages

On évite le travail du sol

Aucun doute: je n’ai pas touché à une bêche, ou la moindre grelinette. Le sol est resté tel quel, à savoir compact. Les paresseux apprécieront.

On recycle ses déchets de tontes

C’est indéniable: les tontes de pelouse s’entassent dans la plupart des jardins, et un nombre incalculable de jardiniers les jettent à la déchetterie. Quel gâchis!

La méthode ne nécessite pas beaucoup d’entretien

Des arrosages restreints, des pieds autonomes. Il suffit de compléter les apports de tontes. Il y a pire comme culture potagère…

La récolte est facilitée

On se prend vraiment au jeu de la chasse aux oeufs à la main. Peu de risque d’oublier une pomme de terre, ou d’en piquer une à la fourche.

Le paillis peut être réutilisé 

A la récolte, les tontes ne se sont pas entièrement décomposées, loin de là. 

Tout ce paillage peut servir pendant les mois chauds de l’été, en complément d’une parcelle en place, ou pour démarrer une nouvelle plantation d’automne.

Les inconvénients

On perd l’intérêt du décomptage

Le jardinier aguerri rétorquera que la culture classique de pommes en terre est un bon moyen de décompacter une nouvelle zone de culture. 

Pas faux!.

Il faut une quantité importante de tontes

Même avec mon grand jardin gazonné, et malgré ma petite surface de culture, j’ai du demander à mon voisin un peu de rab au mois de juin…

En un mot, si vous avez une petite pelouse, vous ne tiendrez pas le cap. 

Brouette de tontes pour dépot sur pomme de terre sur gazon
A ce stade: besoin de tontes, mais gazon encore trop bas. Toc toc toc! Merci cher voisin!

Même problème si vous souhaitez rentrer dans la cour des grands en cultivant sur plusieurs dizaines de mètres carré. Passez votre chemin!

A moins, bien sur, d’avoir un terrain de golf en guise de jardin….

Les tontes ne sont pas toujours disponibles au bon moment

Autre problème: le timing.

Le gazon, vous vous en coltinez des kilos pendant les mois d’avril, et de mai. Pluie et soleil font le job. Aucun problème d’approvisionnement.

Quand viennent juin et juillet, les fortes chaleur et pluies rares font leur ravage. C’est la rupture de stock. 

Les tontes sont humides et se tassent

C’était ma grande crainte et elle s’est vérifiée.

L’herbe ne contient pas assez de matières sèches et structurantes pour maintenir correctement les pieds de pommes de terre. 

Quant aux tontes sèches, censées éviter la fermentation, plutôt facile à dire qu’à faire! La météo est capricieuse. Lorsqu’on étalent méticuleusement ses tontes sur le sol pour les assécher, et que des trombes d’eau déferlent, il y a de quoi s’en mordre les doigts…

Bilan des courses

Au total, une sensation « mi figue-mi raison ».

Le rendement n’a pas été grandiose. Mais, pour être franc, je m’attendais à ne voir aucun tubercule dans le carré. Ce n’est donc pas si mal! 

Pour un petit potager urbain tel que je le conçois, la culture de la pomme de terre sur gazon et sous tontes de pelouse peut avoir sa place, à condition de disposer d’une quantité non négligeable d’herbes et de façon régulière.

Je suis persuadé que la technique mérite que l’on s’y attarde. Mais elle nécessite quelques ajustements.

Exemple de planche de culture de pomme de terre sur gazon, après quelques semaines
Un concept à approfondir

Comment je peux améliorer la technique en 4 points 

Choisir des variétés à port indéterminé 

Dans une de ses vidéos de sa chaîne, l’excellent Youtuber André Abrahami m’a fait découvrir l’existence de deux grands groupes de variétés: les déterminées et indéterminées. 

Si vous ne connaissez pas sa chaîne, foncez!

Pour résumer, les pommes de terre indéterminées ont des tiges hautes et peuvent produire des tubercules sur plusieurs niveaux, contrairement aux variétés déterminées. 

La plante peut former des pommes de terres non seulement dans le sol, mais aussi dans le paillis.

Si vous voulez en savoir plus, voici un article très bien illustré de Larry Hodgson sur son blog passionnant.

Réaliser un défanage 

Dans son livre “Guide du nouveau jardinage”, Dominique Soltner conseille de retirer les fanes (tout le feuillage et les tiges) deux semaines avant de récolter.

En effet, dès que le feuillage jaunit, l’amidon qu’il contient migre en excès vers les tubercules. On éviterait ainsi que les variétés à chair ferme ne soient farineuses, et n’éclatent à la cuisson.

Pour m’épargner des grimaces devant l’assiette, j’appliquerai donc ces quelques rectifications la saison prochaine. 

Apporter un maximum de compost 

Pour que la technique fonctionne, il faut a minima un substrat de culture. La tonte ne suffit pas! 

La patate déteste se coucher à même le sol. Proposons-lui joli nid douillet. 

Avec le compost, on lui offre à la fois le gîte et le couvert.

Je le confirme: les patates qui disposaient d’une quantité réduite de compost sont celles qui ont le moins produit. Je pointe du doigt, d’après moi, le facteur clef du succès.

Mélanger les tontes à des produits plus carbonés

La tonte seule? Plus jamais. 

Les pieds ont besoin d’un paillage plus volumineux,qui se tient, sans risque de fermentation.

La solution: des matières plus sèches, plus carbonées.

Mais l’objectif n’est pas non plus de remplacer entièrement le gazon par autre chose: j’ai envie de recycler ces fichues tontes! 

Voilà mon idée: mélanger la tonte à de restes de feuilles mortes, ou de déchets carbonées que j’aurais stockés au préalable. Je piocherai ainsi directement dans mes déchets de jardin.

Je ferai ni plus ni moins qu’un compostage de surface.

A vous de jouer!

Je vous ai montré comment j’ai produit facilement de la pomme de terre sur gazon

Vous l’avez bien compris: ce n’est pas une méthode miracle, mais bien adaptée à ceux qui veulent s’essayer sur cette culture.

Vous avez aussi intégré que je n’étais pas convaincu par l’utilisation exclusive de tontes. 

Alors, commencez par mettre de côté les feuilles mortes ou les brindilles de votre jardin dans un coin abrité. Vous serez bien content de les utiliser plusieurs mois plus tard en mélange à vos tontes de pelouse. 

Vos pommes de terre n’en seront que plus productives!

Et une fois que vous croulerez sous les tubercules, pensez à moi quand vous démarrerez l’appareil à raclette…

Si cet article vous a plu, et que vous pensez qu’il peut aider d’autres jardiniers, alors n’hésitez pas: partagez la page sur votre réseau préféré en cliquant sur les icônes ci-dessous. Ce petit geste me fera très plaisir!

Guide gratuit de la tomate

Catégories : Culture

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

1 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer1